vivre avec hernie foraminale
5/5 - (1 vote)

Une hernie foraminale est une saillie du disque intervertébral qui comprime les nerfs rachidiens au niveau des trous de conjugaison (foramens). Cette compression peut entraîner des douleurs, des engourdissements, des picotements ou une faiblesse dans le bras ou la jambe affectée. L’hernie foraminale peut affecter n’importe quelle partie de la colonne vertébrale, mais elle est plus fréquente au niveau cervical et lombaire. Plus bas, découvrez comment soulager une hernie foraminale.

Comment se manifeste une hernie foraminale ?

Les symptômes d’une hernie foraminale dépendent de la localisation et de la sévérité de la compression nerveuse. Ils peuvent varier d’une personne à l’autre et évoluer dans le temps. De nombreux symptômes courants sont à noter.

Les douleurs

L’hernie foraminale provoque des douleurs dans le cou, le dos, le bras, la main, les fesses, la hanche, la jambe, les pieds et même dans les épaules, selon le niveau de la hernie foraminale. La douleur peut être aiguë, sourde, brûlante ou lancinante. Elle peut s’aggraver en toussant, en éternuant, en se penchant ou en tournant la tête ou le tronc.

Diminution de la sensibilité et une faiblesse musculaire

Cette maladie engendre une diminution de la sensibilité ou des sensations anormales (paresthésies) dans la zone innervée par le nerf comprimé. Il peut s’agir d’engourdissements, de picotements, de fourmillements ou de sensations de froid ou de chaleur. Par ailleurs, elle engendre une faiblesse musculaire ou une difficulté à bouger les membres affectés. Cela peut entraîner des problèmes de coordination, d’équilibre ou de préhension.

Lire aussi :  La douleur insupportable due à la sonde JJ : comprendre et gérer

La paralysie

Dans les cas les plus graves, une hernie foraminale peut provoquer la paralysie partielle ou totale des membres affectés, une perte du contrôle des sphincters (incontinence urinaire ou fécale) ou une dysfonction sexuelle. Il s’agit d’une urgence médicale qui nécessite une intervention chirurgicale immédiate.

Quelles sont les causes d’une hernie foraminale ?

L’hernie foraminale est souvent liée au vieillissement et à l’usure du disque intervertébral. Ainsi, avec le temps, le disque perd de son eau et de son élasticité, ce qui le rend plus fragile et susceptible de se fissurer ou de se rompre. Le noyau gélatineux du disque peut alors sortir de son enveloppe fibreuse et former une saillie qui comprime les nerfs rachidiens.

En outre, d’autres facteurs peuvent favoriser l’apparition d’une hernie foraminale, tels que :

  • Une prédisposition génétique ;
  • Une mauvaise posture ;
  • Des mouvements répétitifs ou excessifs de la colonne vertébrale ;
  • Des traumatismes (accidents, chutes, coups) ;
  • Des maladies inflammatoires (arthrite, spondylarthrite ankylosante) ;
  • Des infections (ostéomyélite, tuberculose) ;
  • Des tumeurs (bénignes ou malignes).

Comment soulager une hernie foraminale ?

Le traitement de l’hernie foraminale vise à soulager la douleur et à prévenir les complications. Il dépend de la localisation, de la taille et de l’évolution de la hernie foraminale, ainsi que des symptômes et des attentes du patient. Il existe deux types de traitement : le traitement conservateur et le traitement chirurgical.

Le traitement conservateur

Le traitement conservateur est fréquemment proposé en première intention, sauf en cas d’urgence ou d’échec du traitement. Il consiste à :

  • Prendre des médicaments anti-inflammatoires (ibuprofène, naproxène) et antalgiques (paracétamol, codéine) pour réduire l’inflammation et la douleur ;
  • Appliquer des compresses chaudes ou froides sur la zone douloureuse pour soulager les spasmes musculaires ;
  • Faire des exercices physiques adaptés pour renforcer les muscles du dos et du cou, améliorer la posture et la mobilité de la colonne vertébrale, et prévenir les récidives. Il est recommandé de consulter un kinésithérapeute ou un ostéopathe pour bénéficier d’un programme personnalisé ;
  • Éviter les mouvements ou les activités qui aggravent les symptômes, tels que porter des charges lourdes, conduire longtemps, dormir sur le ventre, etc.
Lire aussi :  Le Détecteur de CO2 : un outil essentiel pour la qualité de l'air

Le traitement chirurgical

Le traitement chirurgical est envisagé en cas d’échec du traitement conservateur, de symptômes invalidants ou de complications graves. Il consiste à retirer à partie du disque qui comprime le nerf (discectomie) et à stabiliser la colonne vertébrale (arthrodèse). Il existe différentes techniques chirurgicales, selon le niveau et l’accessibilité de la hernie foraminale, à savoir :

  • La microdiscectomie : il s’agit d’une intervention mini-invasive qui se fait sous anesthésie générale. Le chirurgien réalise une petite incision dans le dos ou le cou du patient et utilise un microscope pour accéder au disque intervertébral. Il retire ensuite la partie herniée du disque avec des instruments spéciaux. Il peut également élargir le trou de conjugaison pour libérer le nerf (foraminotomie).
  • La discectomie endoscopique : c’est une intervention mini-invasive qui se fait sous anesthésie locale. En effet, le chirurgien introduit un tube flexible muni d’une caméra (endoscope) dans le dos ou le cou du patient par une petite incision. Il visualise ensuite le disque intervertébral sur un écran et retire la partie herniée.

Ce sont là deux traitements fiables. Dans le premier cas, comme dans le second, il est important de bien se renseigner auprès d’un professionnel de la santé avant de se lancer.

Estelle
Estelle, une experte en beauté et spécialiste de la minceur, allie passion et expertise pour guider ses lecteurs vers une meilleure version d'eux-mêmes. Diplômée en nutrition et bien-être, elle se consacre à aider les autres à atteindre leurs objectifs de perte de poids de manière saine et durable.

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here