Covid-19 : mesurer le CO2 pour mieux aérer et diminuer la transmission | Le Monde

Covid-19 : mesurer le CO2 pour mieux aérer et diminuer la transmission

La transmission du SARS-CoV-2 se fait essentiellement par aérosols. Pour limiter leur concentration, un groupe d’enseignants-chercheurs propose d’équiper les écoles de capteurs de CO2, un gaz qui trahit la qualité de l’air respiré.

Des filtres à air dans une salle de classe d’une école primaire à Eichenau près de Munich, dans le sud de l’Allemagne, le 18 décembre 2020.

Un an après le début de la pandémie, on ne peut plus l’ignorer : le coronavirus se transmet essentiellement par voie aérienne, comme le confirment plusieurs revues scientifiques ces derniers jours. Lorsque nous parlons et respirons, nous émettons de grosses gouttelettes et de petites particules, qu’on appelle aérosols, les plus légères flottant dans l’air, un peu comme la fumée de cigarette. Ces particules peuvent être porteuses du SARS-CoV-2 et persister longtemps dans un espace clos, et cela, même si le sujet ne tousse pas.

Le fait d’être infecté par contact avec des surfaces contaminées semble aujourd’hui plus rare que par voie aérienne. Dans ce contexte, les experts scientifiques alertent sur la nécessité de renforcer les gestes barrières tels que le port du masque, le lavage des mains, les distances de sécurité mais aussi l’aération. Le temps d’exposition à ces aérosols est aussi un élément-clé.

Lire aussi Les idées claires sur le Covid-19 : la transmission du virus

Un commentaire titré « 10 raisons scientifiques appuyant la transmission aérienne du SARS-CoV-2 » a ainsi été publié le 15 avril dans la revue The Lancet. « L’amélioration de la ventilation et une meilleure filtration sont des stratégies de réduction des risques fondamentales, mais souvent négligées », affirment aussi Joseph G. Allen (Chan School of Public Health, université d’Harvard) et Andrew M. Ibrahim (Université du Michigan) dans JAMA le 16 avril.

« On est bien plus susceptible d’être infecté dans une pièce dont les fenêtres ne peuvent pas s’ouvrir ou qui ne dispose pas d’un système de ventilation », rappellent quatre spécialistes des virus dans un éditorial publié dans le British Medical Journal le 14 avril. En France, le collectif Du côté de la science et nombre d’experts alertent depuis des mois sur la sous-estimation de ce mode de transmission et la nécessité d’aérer les lieux clos, sans forcément être entendus.

« L’aération est essentielle pour diminuer la quantité d’aérosols dans les espaces clos et donc les contaminations, notamment à l’école », résume Bertrand Maury, mathématicien et enseignant chercheur à l’université Paris-Saclay, qui fait partie du Projet CO2, un groupe de recherche informel d’enseignants-chercheurs créé fin 2020.

« Ce collectif, qui n’a pas de statut institutionnel, fonctionne de façon bénévole, très légère, sans aucun enjeu commercial », explique Bertrand Maury. L’objectif : informer sur l’intérêt de la mesure du CO2 et sur ce que sont de bons détecteurs de dioxyde de carbone, testés à la manière d’une association de consommateurs.

Source: Le Monde Covid-19 : mesurer le CO2 pour mieux aérer et diminuer la transmission

Étiquettes: