Prévention

Évènements thrombotiques après le vaccin AstraZeneca : et si c’était lié a une réponse immunitaire discordante ?

Eric Billy, Franck Clarot, Corinne Depagne, Stéphane Korsia-Meffre, Michaël Rochoy, Florian Zores Alors que l’épidémie de SARS-COV-2 submerge l’Europe avec une nouvelle vague, le vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca se retrouve sous les feux des projecteurs, soupçonné d’effets indésirables hématologiques graves [1]. Comme tous les médicaments qui comportent des principes actifs, les vaccins font l’objet d’une pharmacovigilance qui vise à identifier la survenue d’effets indésirables et à déterminer s’ils sont en lien (causalité) avec son administration [2]. Les premiers cas de problèmes de coagulation ont été rapportés en Autriche, Italie et dans les pays nordiques. Cela a allumé les signaux… Lire la suite »Évènements thrombotiques après le vaccin AstraZeneca : et si c’était lié a une réponse immunitaire discordante ?

L’immunité induite par la COVID et celle obtenue par le vaccin sont-elles similaires?

Un point a rappeler concernant la persistance de l’immunité: on ne peut comparer l’immunité acquise lors de l’exposition au virus SARS-Cov2 avec celle induite par le vaccin. Pourquoi? Lors de l’infection par le virus, certaines de protéines virales perturbent fortement l’établissement d’une réponse immunitaire complète et bloque la voie interféron. On va avoir une réponse perturbée, dont on continue a étudier les caractéristiques. Ce que l’on sait : la protéine N du virus est très immunogénique, notre système immunitaire (SI) va faire beaucoup d’anticorps (Ac) dirigés contre elle, mais ils ne seront pas capables de neutraliser le virus. la protéine… Lire la suite »L’immunité induite par la COVID et celle obtenue par le vaccin sont-elles similaires?

Suivre le CO2 pour limiter le risque de transmission COVID19 par aérosols

aranet 4

Il est de plus en plus clair (cf reférences en bas de page) que la transmission de la COVID-19 se fait principalement par voie aérienne, à l’intérieur. Comment ? Via des aérosols, de petites particules qui peuvent être chargées de virus, émises par chacun d’entre nous lorsque l’on respire, parle, chante, tousse… Ces particules légères restent en suspension dans l’air, de quelques secondes à quelques heures, et peuvent être inhalées. Les gouttelettes (particules plus grosses émises en même temps) retombent au sol dans un rayon d’environ 2 mètres (d’où les mesures de distanciation initiales). Surveiller la concentration du CO2 dans… Lire la suite »Suivre le CO2 pour limiter le risque de transmission COVID19 par aérosols

A propos du vaccin PFIZER-BIONTECH COVID-19 (BNT162, PF-07302048) – Explications sur la sécurité et l’efficacité du vaccin

Avec la mise à disposition de documents de l’essai clinique de Phase III du vaccin PFIZER-BIONTECH COVID-19 (BNT162, PF-07302048) auprès de la FDA, et qui ont été rendus public, il nous est apparu opportun de faire une analyse des points importants, de la balance bénéfices/risques et des questions demeurant en suspens.Les documents en version résumée ou complète sont disponibles à la fin de cet article. Caractéristiques de la population de l’étude Pour commencer, la population de volontaires comportait des critères d’exclusion : moins de 16 ans femmes enceintes patients ayant fait une COVID (mais pas de sérologie obligatoire avant l’entrée… Lire la suite »A propos du vaccin PFIZER-BIONTECH COVID-19 (BNT162, PF-07302048) – Explications sur la sécurité et l’efficacité du vaccin

Test salivaire EasyCoV – Quand l’analyse de la HAS est H.S. (hors sujet)

Début Décembre, quasiment en catimini durant un weekend, la Haute autorité de santé rendait un avis mitigé concernant l’utilisation du test EasyCov utilisant la technologie LAMP pour permettre le suivi de la pandémie grâce au prélèvement salivaire. Comment ce fait-il que ce test, qui a été mis au point au moment de la première vague et qui a reçu une première certification par une étude préliminaire en avril qui lui a permis d’être aujourd’hui utilisé dans de nombreux pays d’Europe (Belgique, Suisse) mais également certaines régions françaises (en évaluation) n’a pu recevoir qu’une autorisation limitée d’utilisation en décembre 2020 ? … Lire la suite »Test salivaire EasyCoV – Quand l’analyse de la HAS est H.S. (hors sujet)

Comment bien aérer les pièces | Pour la Science

  Renouveler l’air dans les lieux clos : ce thème a resurgi dans le débat public avec la pandémie de Covid-19. En effet, le virus impliqué se transmet notamment par voie aérienne, d’où la recommandation actuelle de bien ventiler les lieux clos pour contrer sa propagation. Cependant, bien au-delà de la crise épidémique, une bonne ventilation est importante pour la santé et le bien-être en général. Comment s’assurer qu’elle est satisfaisante ? En mesurant le taux de dioxyde de carbone, le CO2, dans l’air. Ce gaz carbonique est produit par notre respiration et son taux permet donc d’estimer la qualité de l’aération.… Lire la suite »Comment bien aérer les pièces | Pour la Science

«Tester toute la population, aucun grand pays n’envisage de le faire» | Libération

La Slovaquie a mené des tests au niveau national. Ici à Bratislava, le 21 octobre.Photo Vladimir Simicek. AFP Journal d’épidémie «Tester toute la population, aucun grand pays n’envisage de le faire» Christian Lehmann est médecin et écrivain. Pour «Libération», il tient la chronique d’une société suspendue à l’évolution du coronavirus. Tester l’ensemble de la population française en même temps, c’est une idée souvent défendue par certains épidémiologistes, comme Catherine Hill : «Il ne suffit pas de confiner pour confiner, il faut confiner pour tester tout le monde, affecter les moyens nécessaires pour une campagne de dépistage de masse et arriver à… Lire la suite »«Tester toute la population, aucun grand pays n’envisage de le faire» | Libération

Journal d’épidémie | Prises de tests | Libération

Les mesures de restriction des interactions sociales prises par l’exécutif semblent avoir porté leurs fruits, avec une inflexion relativement rapide d’une courbe des contaminations qui laissait présager le pire pour le système de santé. Mais, les yeux rivés sur ces marqueurs, ne nous laissons-nous pas aveugler au point d’en oublier leur fragilité ? Ne devrions-nous pas diversifier nos indicateurs pour traquer l’épidémie ? C’est la question que j’ai posée à Eric Billy, chercheur en immuno-oncologie, membre du collectif Du côté de la science. «Ma femme est radiologue et elle a subi la première vague dans le Grand-Est en mars. Je me suis… Lire la suite »Journal d’épidémie | Prises de tests | Libération