Bulletin épidémiologique – semaine 33-34

du 16 au 29 août 2021

Résumé de la situation actuelle : Stabilisation des indicateurs épidémiologiques à un haut niveau – dégradation chez les 0-9 ans avant la rentrée

  • Sur la 2e moitié du mois d’août, la circulation virale détectée s’est stabilisée et montre un léger recul, tandis que les nouvelles entrées à l’hôpital régressent en semaine 34. Les seuils de 10 000 hospitalisations en cours et 2 000 soins critiques en cours ont été franchis, et celui d’une centaine de décès par jour en moyenne a été atteint, avec des décès en EHPAD mis à jour rétrospectivement par Santé Publique France depuis la semaine 29. La période inclut également un rattrapage de saisie des données de Guadeloupe et de Martinique.
  • Au 29/08, les hospitalisations en cours s’élevaient à 11 092 (+13,2% vs J-14). Les soins critiques en cours s’élevaient à 2 276 (+22,9% vs J-14).
  • 1 490 nouveaux décès ont été enregistrés durant les 2 semaines, soit une hausse de 80,4%. Ce chiffre est à pondérer du rattrapage de saisie des données des Antilles en milieu de période. A contrario, il ne comprend pas les décès en EHPAD sur la semaine 34. Santé Publique France rapporte 96 décès en EHPAD des semaines 29 à 33, non décomptés dans les données de data.gouv.
  • L’incidence nationale et métropolitaine ont reculé de 21-22% environ durant la 2e quinzaine d’août. Elle est en baisse dans toutes les tranches d’âges à l’exception des 0-9 ans, où elle augmente. Le taux de positivité national baisse à 2,5% au 26/08 en semaine glissante (2,4% en métropole). Il augmente en revanche chez les 0-9 ans pour culminer à 12%.
  • Au 26/08, tous les départements ont une incidence sur 7 jours supérieure à 50 à l’exception de la Creuse.
  • Au cours de la 2e moitié du mois d’août, le rythme de la primo-vaccination a continué de ralentir sensiblement. Seulement 1 917 041 personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin en 14 jours, contre 3 617 621 les deux semaines précédentes, soit une baisse de 47,0%, alors qu’il reste 9,8 millions de 12 ans et plus pas du tout vaccinés.
  • Depuis le début de la vaccination, 71,9% de la population ont reçu au moins une dose et 65% ont été complètement vaccinés. Au 29/08, 91,4% des 70 ans et plus ont reçu au moins une dose, et 88,2% sont complètement vaccinés. 
  • La mutation L452R dans les tests positifs criblés s’élevait à 95,3% au 27/08 pour 51% de tests criblés.

Évolution des indicateurs hospitaliers

Le nombre des nouvelles admissions hebdomadaires à l’hôpital a franchi le seuil des 6 000 (+18,7%) en semaine 33 pour redescendre à 5 400 (-14,0%) en semaine 34, soit sensiblement le niveau de la semaine 32. Celui des nouvelles entrées en soins critiques a culminé à 1 390 (+18,9%) en semaine 33 pour redescendre à 1 206 (-13,2%) en semaine 34. Dans les deux cas, les entrées restant supérieures aux sorties, les hospitalisations et soins critiques en cours continuent de croître, mais à un rythme 2 fois moins rapide en semaine 34 qu’en semaine 33 (respectivement +4,1% et +7,0% vs +8,7% et +14,9%, taux calculés par rapport à J-7). Comparativement à la même période en 2020, à quelques jours de la rentrée scolaire, le niveau des nouvelles admissions hospitalières est 4 fois supérieur, celui des entrées en soins critiques et des soins critiques en cours 5,7 fois supérieur, celui des hospitalisations en cours 2,5 fois supérieur, et celui des décès près de 7 fois supérieur.
Le nombre moyen hebdomadaire des hospitalisations et des soins critiques en cours continue d’augmenter dans toutes les tranches d’âges, avec des variations cependant entre celles-ci. Les hospitalisations en cours des 10-19 ans ont connu un recul en semaine 33 (-5,8%), avant une nouvelle hausse en semaine 34 (+13,9%, de 72 à 82). Après un net ralentissement de la hausse des en cours en semaine 33 (respectivement +0,9% et +1,8%), les 20-29 ans connaissent une nouvelle hausse des hospitalisations en cours en semaine 34 (+8,9%, de 275 à 299), par ailleurs plus prononcée en soins critiques (+20,1%, de 49 à 59). Les hausses les plus prononcées en semaine 34 concernent les 0-9 ans : +37,8% pour les hospitalisations en cours (de 54 à 75), et +75,9% pour les soins critiques en cours (de 8 à 14). En 6 semaines, le nombre moyen des hospitalisations en cours des 0-9 ans a progressé de +345% (de 17 à 75, plus forte progression parmi les tranches d’âges par dizaine) vs +62% toutes tranches d’âges confondues, et celui des soins critiques en cours de +217% (de 4 à 14) vs +156% toutes tranches d’âges confondues. Concernant les autres tranches d’âges, la progression des hospitalisations en cours est moins rapide en semaine 34 qu’en semaine 33 à partir de 30 ans, et en soins critiques chez les 30-39 ans et les 50 ans et plus. Ces derniers sont en léger recul chez les 80-89 ans (-3,5%, de 91 à 87, après de fortes progressions en semaines 31 et 32 de +46,5% et +42,1%).

Parmi les admissions hospitalières, en soins critiques et les décès, le poids des personnes non-vaccinées reste très supérieur à celui des personnes partiellement vaccinées et complètement vaccinées, dans une population globale dont près de 65% sont complètement vaccinés. Parmi les nouvelles  hospitalisations, on compte 5,7 fois plus de personnes non-vaccinées que de personnes complètement vaccinées. Parmi les admissions en soins critiques, elles sont 8,8 fois plus nombreuses. Parmi les décès, elles sont 4,8 fois plus nombreuses. Il se confirme que la vague épidémique en cours est principalement alimentée sur le plan hospitalier et au niveau des décès par les personnes non-vaccinées.

Sur les 14 derniers jours disponibles au 26/08 (J-3), le nombre de personnes testées est resté supérieur à 5 millions en 7 jours, dans la suite de la mise en place du pass sanitaire. Plus de 280 000 personnes ont été détectées positives au SARS-CoV-2 en 14 jours, contre plus de 320 000 les 14 jours précédents, soit une baisse de -13,0%. Cette tendance à la baisse se retrouve entre la dernière septaine disponible et la précédente, avec un recul de -15,1%. Le taux de positivité est également orienté à la baisse, à 2,5%. En revanche, les 0-9 ans font exception, avec une orientation à la hausse observée depuis début juillet, confirmée à la veille de la rentrée scolaire, avec le taux de positivité le plus élevé de toutes les tranches d’âges, qui s’établit à 11,8% en semaine glissante (+7,3%). Moins de 1 000 enfants de 0 à 9 ans sur 7 jours étaient détectés positifs début juillet, avec un taux de positivité de 1%. Ils sont plus de 10 000 sur la dernière septaine disponible, avec un taux de positivité supérieur à 10% depuis la semaine 32. 

Évolution de l’incidence

L’incidence baisse dans toutes les tranches d’âges à l’exception des 0-9 ans, où elle augmente de +3,9% en semaine glissante, pour s’établir à 133. Pour cette tranche d’âges, il s’agit d’un niveau d’incidence supérieur au plus haut atteint lors de la 2e vague (115 du 30/10 au 05/11/2020), et proche de celui qui a précédé de 2 semaines la fermeture des écoles lors de la 3e vague (146 du 12 au 18/03). On observe qu’à partir de la fin juin, l’incidence est repartie à la hausse d’abord chez les 10-39 ans, avec un niveau plus élevé chez les 20-29 ans, suivie d’une diffusion dans les tranches d’âges supérieures et chez les 0-9 ans. L’inversion de tendance a commencé il y a 4 septaines chez les 20-29 ans, 2 septaines chez les 10-19 ans et les 30-69 ans, et 1 septaine chez les plus âgés. Non vaccinable, la population des 0-9 ans devra être observée avec la rentrée pour vérifier si se dessine une dynamique épidémique spécifique à cette tranche d’âges.

Au 26/08, le nombre de personnes testées positives en moyenne sur 7 jours est en recul de -15% par rapport à la septaine précédente. Outre-mer, cette baisse ne concerne ni la Guyane (7%), ni Mayotte (+16%). Elle ne concerne pas non plus quelques départements de la métropole, dont 4 avec une croissance supérieure à 5% : la Haute-Marne (+32%), le Cher (+25%), la Nièvre (+12%) et le Finistère (+8%). Au niveau national, l’incidence est repassée sous le seuil des 200. Elle reste très élevée en Guadeloupe à plus de 1 300, en baisse cependant de -35%. A 688, elle est également en recul en Martinique (-29%). En Guyane, la situation se dégrade depuis 4 septaines, avec un doublement de l’incidence par rapport à fin juillet. En métropole, les incidences les plus élevées se situent toujours près de la Méditerranée. Bien qu’en baisse, elle peine à redescendre dans les Bouches-du-Rhône, où elle est supérieure à 600 pour la 4e septaine consécutive.

Évolution des variants

La mutation L452R, présente notamment dans le variant Delta, était retrouvée dans plus de 95% des tests positifs criblés au 27/08 en semaine glissante. Au niveau départemental, la mutation L452R est supérieure à 80% dans la totalité des départements de la métropole et d’Outre-mer, et était supérieure à 95% dans 71 départements.
Ces données s’entendent sur le criblage de 51% des tests positifs au 27/08 en semaine glissante.

N.B. : Durant la période des vacances d’été, le bulletin du Collectif suspend l’analyse des incidences par niveaux scolaires. Les classes d’âges concernées seront suivies uniquement selon le découpage par dizaine (0-9 ans et 10-19 ans).

Évolution de la vaccination

Le rythme de la primo-vaccination continue de ralentir. Le nombre de personnes ayant reçu au moins une 1e dose lors des semaines 33 et 34 s’élève à moins de 2 millions, soit 47% de moins que les deux semaines précédentes. Cette baisse fait suite à celle déjà observée lors de la première quinzaine du mois d’août. Il reste 9,8 millions de personnes de 12 ans et plus pas du tout vaccinées, dont 1,8 million de 60 ans et plus. En revanche, le nombre de personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet durant les semaines 33 et 34 s’élève à près de 4,5 millions, contre 3,6 millions la première quinzaine du mois d’août, soit une augmentation de 24,4%. Au 29/08, 65% de la population sont complètement vaccinés, et 71,9% ont reçu au moins 1 dose. Plus de 60% des 12-17 ans ont débuté leur vaccination, et 43,7% sont complètement vaccinés.

Par David Simard, Eric Billy et Germain Forestier pour le Collectif