Bulletin épidémiologique – semaine 30

du 26 Juillet au 1 aout 2021

Résumé de la situation actuelle : La reprise épidémique se répercute sur tous les indicateurs hospitaliers

  • La circulation virale continue de croître, tandis que tous les indicateurs hospitaliers sont orientés à la hausse. Les hospitalisations en cours, dont les soins critiques, réaugmentent. Au 01/08, les hospitalisations en cours s’élevaient à 7 581 (+10,8%). Les soins critiques en cours s’élevaient à 1 137 (+28,3%). La part des tranches d’âges des 59 ans et moins est en hausse significative (supérieure à 10%) dans les hospitalisations conventionnelles et, à l’exception des 10-19 ans, en forte hausse (supérieure ou égale à 30%) dans les soins critiques.
  • 263 nouveaux décès ont été enregistrés durant la semaine, soit une hausse de 87,9%. Tous les décès déclarés ont eu lieu à l’hôpital. Aucun chiffre n’est remonté des EHPAD depuis le 24/07.
  • L’incidence nationale est repassée au-dessus de 200, pour s’élever à 223 au 29/07 en semaine glissante. Elle augmente de près de 34% en 7 jours, soit à un rythme soutenu mais moins rapide que la septaine précédente (+159%). Elle continue de progresser dans toutes les tranches d’âges, y compris les plus âgées et vaccinées. Le taux de positivité progresse peu, à 4,3% au 29/07 en semaine glissante.
  • Au 29/07, 96 départements ont une incidence sur 7 jours supérieure à 50 (contre 86 la septaine précédente), dont 68 supérieure à 100, 32 supérieure à 200, 19 supérieure à 300, 10 supérieure à 400, 8 supérieure à 500, 5 supérieure à 600, 3 supérieure à 700, 1 supérieure à 800 (Haute-Corse) et 1 supérieure à 1 000 (Martinique).
  • Au cours de la semaine calendaire, le rythme de la primo-vaccination a continué de croître, tandis que la vaccination complète voit sa croissance ralentir. Au 01/08, 2 631 373 personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin, soit 15,3% de plus que la semaine précédente. 2 208 861 personnes ont été complètement vaccinées, soit 23,2% de moins que la semaine précédente.
  • Depuis le début de la vaccination, 63,4% de la population ont reçu au moins une dose et 52,9% ont été complètement vaccinés. Au 01/08, 88,6% des 70 ans et plus ont reçu au moins une dose, 84,6% sont complètement vaccinés. 
  • La mutation L452R dans les tests positifs criblés est devenue quasiment exclusive en métropole et se diffuse en Outre-mer. Au 29/07, elle s’élevait à 91,5%. La mutation E484K s’élevait à 2%, et la mutation E484Q redescendait à 1,5%. Le taux de tests positifs criblés s’élevait à 51%.

Évolution des indicateurs hospitaliers

S’élevant à plus de 3 500, le nombre des nouvelles admissions hospitalières hebdomadaires connaît une nouvelle accélération et a pratiquement doublé (+91,7% après une hausse de +51,7%). Avec 763 nouvelles admissions, les soins critiques ont doublé, après une augmentation de 81% la semaine précédente. Les hospitalisations en cours recommencent à croître (+10,8%), ainsi que les soins critiques en cours, à un rythme beaucoup plus soutenu (+28,3%). Comparativement à l’été 2020, le niveau des hospitalisations et des soins critiques en cours en phase ascendante est très supérieur, et correspond à celui de fin septembre – début octobre de l’année dernière. La reprise épidémique et sa traduction hospitalière sont beaucoup plus précoces et rapides que l’été dernier.
Les hospitalisations en cours en moyenne hebdomadaire sont en augmentation dans toutes les tranches d’âges par dizaine à l’exception des 80-89 ans. En pourcentage et par ordre décroissant, la hausse est la plus prononcée parmi les moins de 60 ans : chez les 0-9 ans (+87,3%), les 30-39 ans (+41,4%), les 20-29 ans (+30,4%), les 40-49 ans (+23,6%), les 10-19 ans (+16,6%), et les 50-59 ans (+13,6%). En nombre, l’augmentation est la plus forte chez les 50-59 ans (+116), les 30-39 ans (+96), les 40-49 ans (+91), les 60-69 ans (+64), les 20-29 ans (+45). Les 0-19 ans augmentent de +22. Les 80-89 ans baissent de -30. La moyenne hebdomadaire des soins critiques en cours augmente dans toutes les tranches d’âges à l’exception des 0-9 ans et des 80-89 ans. Cette hausse est très prononcée chez les 20-29 ans (+65,3%, de 17 à 29) et les 30-39 ans (+55,1%, de 43 à 67). En nombre, elle est la plus élevée chez les 50-59 ans (+56, +29,7%), suivis par les 60-69 ans (+32, +11,4%) et les 40-49 ans (+27, +30,2%). Après plusieurs semaines de baisse, la tendance en soins critiques s’est inversée en semaine 30 pour les 30-39 ans, 50-59 ans, 60-69 ans et 70-79 ans. Elle augmente pour la 2e semaine consécutive chez les 20-29 ans et les 40-49 ans. Les tranches d’âges entre 20 et 59 ans atteignent leur part dans les soins critiques la plus élevée depuis le début de la pandémie.

Sur les 7 derniers jours disponibles au 29/07 (J-3), le nombre de personnes testées continue d’augmenter sensiblement (+31,9%) pour atteindre plus de 3,7 millions. Près de 150 000 personnes ont été détectées positives au SARS-CoV-2, ce qui représente une augmentation de près de 34% par rapport à la septaine précédente. L’augmentation des cas positifs est cette fois proportionnelle à l’augmentation du nombre de personnes testées, ce qui conduit à une stabilité du taux de positivité (4,3% vs 4,1% la septaine précédente). Les 20-29 ans représentent près de 31% des cas positifs. Le nombre de cas positifs a fortement augmenté chez les 50 ans et plus (+61,5%), pour s’établir à plus de 24 000, soit 16,2% des cas positifs détectés, contre 13,4% la septaine précédente. Le nombre moyen de cas positifs par jour sur 7 jours est de plus de 21 300, contre 16 000 la septaine précédente.

Évolution de l’incidence

L’incidence reste en augmentation dans toutes les tranches d’âges regroupées par dizaine. Cette hausse est la plus prononcée chez les 0-9 ans et les 70 ans et plus. La progression vers les tranches d’âges supérieures se poursuit, avec un doublement chez les 90 ans et plus. L’incidence est supérieure à 50 parmi toutes les tranches d’âges à l’exception des 80-89 ans, où elle s’en rapproche (45). Elle reste la plus élevée chez les 20-29 ans (613), et est supérieure à 300 chez les 10-19 ans et les 30-39 ans. Pour les 60 ans et plus, les taux d’incidence sont proches de ceux observés dans le courant du mois de septembre 2020, alors qu’ils sont comparables à ceux observés en octobre 2020 dans les tranches d’âges inférieures. Le décalage entre les groupes de tranches d’âges peut être dû à la couverture vaccinale, mais la part de la population âgée non vaccinée reste suffisante pour que la diffusion virale se traduise dans les hospitalisations et les décès dans les prochaines semaines.

Au 29/07, le nombre de personnes testées positives est en augmentation dans la quasi-totalité des départements de la métropole et Outre-mer. Le taux d’incidence national s’élevait à 233, alors qu’il s’établissait à 166 sur 7 jours glissants au 22/07. 92 départements de la métropole ont une incidence supérieure au seuil d’alerte de 50. Les taux d’incidence les plus élevés se concentrent le long de la méditerranée, jusqu’à 855 en Haute-Corse et 742 dans les Alpes-Maritimes. Outre-mer, la Martinique affiche une incidence désormais supérieure à 1 000 (1 056), la plus élevée au niveau national.

N.B. : Durant la période des vacances d’été, le bulletin du Collectif suspend l’analyse des incidences par niveaux scolaires. Les classes d’âges concernées seront suivies uniquement selon le découpage par dizaine (0-9 ans et 10-19 ans).

Évolution des variants

La mutation L452R, présente notamment dans le variant Delta, était désormais retrouvée dans plus de 90% des tests positifs criblés au 29/07 en semaine glissante. Au niveau départemental, la mutation L452R était majoritaire dans la totalité des départements de la métropole à l’exception de la Creuse, et était supérieure à 90% dans 71 départements. Elle était également majoritaire en Guadeloupe, et progressait dans les autres départements de l’Outre-mer. Elle était sur le point de devenir majoritaire à la Réunion.
La mutation E484K était retrouvée dans 2% des tests positifs criblés. La progression exponentielle de la mutation E484Q, présente dans le variant Kappa (autre variant dit “indien”), était interrompue, avec une présence dans 1,5% des tests positifs criblés, contre 2,4% la septaine précédente.
Ces données s’entendent sur le criblage de 51% des tests positifs au 29/07 en semaine glissante.

Évolution de la vaccination

Le nombre de personnes ayant reçu au moins une 1e dose lors de la semaine s’élève à 2,6 millions, soit 15,3% de plus que la semaine précédente. Au 01/08, 52,9% de la population sont désormais complètement vaccinés, et 63,4% ont reçu au moins 1 dose. Plus de 36% de la population n’ont toujours pas reçu une seule dose. Plus de la moitié des 18-39 ans et 18% des 60 ans et plus ne sont pas complètement vaccinés, tandis que plus de 13% des 60 ans et plus ne le sont pas du tout, ce qui représente environ 2,5 millions de personnes, alors que l’incidence du SARS-CoV-2 progresse dans ces tranches d’âges. Le rythme de la vaccination complète connaît un ralentissement significatif (-23,2%).

Par David Simard, Eric Billy et Germain Forestier pour le Collectif